Le Discernement

 

4-miroir    4

 

L’acte du discernement est majeur. C’est lui qui fait de nous ce que nous sommes et conditionne la qualité de notre vie au quotidien. Il s’agit de l’un des filtres majeurs entre l’extérieur et notre conscience.

Il me semble important de préciser le sens de ce mot puisque je mets un bémol à la définition usuelle. Dans celle-ci (larousse 2017), il est donné trois items : « faculté de juger et d’apprécier avec justesse; sens critique; perspicacité. »

Il y a, selon moi, dans le discernement, une grande nuance d’avec le fait de juger qui est bien plus manichéen et à tendance par les temps qui courent à inclure la condamnation, l’exclusion dans le jugement. Dans le discernement, cette option n’est plus valable. Il y a acte d’observation, de réflexion mais plus de séparation. Il y a reconnaissance que plusieurs options se trouvent devant nous avec des conséquences différentes et non plus de « bonnes » ou de « mauvaises » conséquences. Comme je l’ai écrit en préambule de l’Entre-Mondes, nos perceptions ne sont que relatives et juger en bien ou en mal occasionne souvent des contradictions, des paradoxes et donc des souffrances dans notre expérience.

User de notre discernement signifie que nous n’excluons aucune option et reconnaissons que notre conscience de l’événement est incomplète et à l’image de notre conscience. Nous faisons preuve d’humilité devant la mise en situation qui nous occupe. Cette attitude nous permet de revenir en arrière, d’essayer et de nous tromper sans culpabilité, de faire de notre mieux sans alimenter de karmas qui tranchent, jugent, condamnent … et qui nous amènent à revivre sans cesse des situations similaires puisque mal ou non-intégrées.

Le discernement va prendre les informations portées à notre conscience et nous permettre d’orienter notre expérience sans que nous soyons astreints à un dogme, soumis à une autre autorité que notre Conscience du moment. Voir à ce sujet , cet article intéressant sur le conformisme et les stratégies qui le maintiennent en place : http://www.fawkes-news.com/2017/01/dissonance-cognitive-le-conformisme.html

Cela inclut aussi nos intuitions et pas uniquement le résultat donné par notre cerveau analytique. Cela inclut l’ensemble du champ de nos perceptions, à une importance égale. Cela nous demande d’être Présents et de ne plus déléguer à quiconque notre capacité d’action.

Dans la société actuelle, nous sommes abreuvés au quotidien de sources d’informations contradictoires. Cela est une chance inouïe de reprendre les rennes et d’user enfin de notre discernement. Il est tellement facile de trouver des arguments allant dans un sens ou un autre à la question que nous nous posons, que le seul choix sensé est celui d’expérimenter, de vivre les choses au lieu de les déléguer.

De la même manière, donner un blanc-seing à quelqu’un parce que de rime abord son discours correspond à notre recherche peut être parfois un vecteur de manipulation et une porte ouverte à son propre aveuglement comme le signale ces quelques mots pêchés dans un roman du cycle de l’Épée de Vérité :

…. c’est la base de la danse avec la Mort : On fait miroiter à l’adversaire ce qu’il désire le plus et il oublie toute prudence pour l’obtenir…

Pour m’être « fait avoir » un jour, séduit par ce que je voulais entendre, j’ai mis de côté tous les signaux d’alarme qui me montraient qu’il y avait anguille sous roche dans l’expérience. Et si au final, cela s’est bien terminé, il est clair que j’ai joué avec le feu par manque de discernement (voir l’article « chat-loupé ! » dans le journal de l’entre-mondes). Reste à savoir si avec un autre déroulement, plus sécure pour moi et ceux qui m’entourent, nous aurions aussi bien servi les desseins de la Vie …. éternelle question … Par moment, il faut peut-être accepter de n’être qu’un jouet entre les mains de quelque chose qui nous dépasse et faire confiance en se disant que nous avons les moyens de répondre aux situations qui se présentent, tels des funambules, entre Foi et Maîtrise.

Au final, avec l’usage du discernement, nous faisons un choix en conscience mais nous disons en même temps :

« je choisi cette option parce qu’elle répond à mes ressentis et la préservation de mon intégrité. Je laisse cependant la porte ouverte aux autres possibilités et je laisse libre les autres de leur chemin et de leurs choix ».

 

ce-qui-ne-croient-pas-a-limpossible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *